Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Convergences Kung-Fu Wushu

Gymnatique chinoise Baduanjin Presentation

11 Février 2019 , Rédigé par Association Convergences Publié dans #Sport Santé

Baduanjin présentation

Ba duan jin

 

Les BA DUAN JIN,  faisant partie des"Classiques originels"

Le Baduanjin, communément traduit par les « huit pièces de brocart », a une histoire de plus de mille ans et remonte à la dynastie des Song. Il fait partie du patrimoine de la culture corporelle chinoise. Cette méthode de Qigong fait aujourd’hui partie de la gamme des Exercices de qigong pour fortifier la santé, rédigée par l’Association chinoise du qigong du bureau des sports de Chine.

Le Baduanjin est composé d’exercices gymniques simples. La composition et l’intensité des mouvements respectent la physiologie naturelle du corps. Aux huit mouvements traditionnels, s’ajoutent la préparation et la fermeture, ce qui en fait une routine complète et unifiée.

Il a été démontré que le Baduanjin contribue à améliorer les fonctions du système respiratoire, la mobilité des membres et des articulations, en plus de favoriser l’équilibre et la concentration. Les exercices aident à régulariser le système nerveux central. Il a été démontré que la pratique régulière permet de renforcer les fonctions cardiovasculaires et aide à améliorer la condition de santé chez les personnes souffrant de maladies telles que la sclérose des artères coronaires et l’ostéoporose. Les exercices du Baduanjin sont également reconnus pour augmenter la fonction immunologique du corps, retarder le vieillissement et prolonger la durée de vie.

 

 

 

Lire la suite

Qui est la dame en rose ? LE MAÎTRE DE Tai-Chi- Chuan, GAO JIAMIN

4 Février 2019 , Rédigé par Association Convergences Publié dans #Tai chi chuan,Tai ji quan

Qui est la dame en rose ?

LE MAÎTRE DE TAI CHI CHUAN

GAO JIAMIN

 

8 Yang Tai ji quan Maître Gao Jiamin

interview de Gao Jiamin publiée dans Kung fu Magazine, juillet 2000

Maître Gao Jiamin a concouru et a remporté un total de 32 médailles d'or, un record jamais atteint par aucun autre concurrent. Ses médailles d’or sont les suivantes: médailles d’or aux Jeux asiatiques, aux Jeux d’Asie orientale, au Championnat international de Wushu et à de nombreuses compétitions nationales et internationales. 

 

Elle est une compétitrice déterminée qui a gagné plus de médailles et un public international en raison de sa capacité à se concentrer une fois entrée dans la compétition. C'est la fluidité calme mais sans faille du style et la perfection des formes de tai ji quan qui lui ont valu la médaille d'or des Jeux de l'ANASE de 1998  et un statut presque culte en Asie. Elle ne peut pas traverser un aéroport de Tokyo, Hong Kong ou n'importe quelle ville de Chine sans une foule de fans qui lui demandent des autographes.

 

Gao Jiamin enseigne au Wushu Center de Portland, dans l'Oregon, elle est née dans la ville de Fuzhou, dans la province du Fujian, en Chine, le 26 juin 1966.

 

Elle a commencé à contrecœur ses études d'arts martiaux à l'âge de huit ans. Pendant cette période, elle était censée pratiquer le Wushu au moins trois heures par jour à la maison avant d'aller à l'école et en plus de travailler avec un instructeur. «Je n'étais pas un bon élève et je n'aimais pas l'école quand j'étais enfant. J'avais un cas extrême d'hyperactivité et j'avais du mal à rester à l'école et à me concentrer sur mes études », explique-t-elle. «J'étais doué pour imiter les gens, et les gens se moquaient de moi quand j'imitais certains types de personnes. Cependant, quand j'ai imité les gens en train de faire du wushu, les gens étaient étonnés de ma capacité à le faire avec une telle perfection. 

 

«Mon premier professeur, Sun Chong Xiong, est venu à mon école primaire pour enseigner le wushu. Avec Sun j'ai étudié Shaolin long poing. C'était ma première expérience en wushu, et c'était la demande de perfection physique et la demande de concentration sérieuse qui m'ont poussé à étudier le wushu. 

 

Gao Jiamin insiste sur le fait qu’elle n’a jamais pensé devenir une championne à l’époque. Mais comme elle a découvert que la formation lui procurait un certain soulagement physique pour son hyperactivité et une mesure de calme qui améliorait grandement son état de santé général, elle commença à apprécier les bénéfices du programme d’entraînement. À l'âge de 14 ans, Gao a commencé une formation sérieuse avec une équipe avec son deuxième et dernier enseignant, Zeng Nai Liang. Selon Gao, Zeng était un assistant de recherche de troisième cycle de l'Institut d'éducation physique de Beijing.Gao Jiamin appris de son professeur dévoué.

Sous la direction de son mentor,Gao a commencé une formation rigoureuse.

Maître Gao plaisante aujourd'hui au sujet de ses conditions de vie.

 

Une fois, l'entraîneur m'a demandé de me concentrer davantage sur le style traditionnel du Sud, mais j'ai suivi les conseils de Zeng. »« Il pensait que le tai ji serait ce qu'il y a de mieux pour moi », ajoute-t-elle. «C'était drôle, car tous ceux qui me connaissaient connaissaient mes problèmes d'hyperactivité. Pourtant, je savais que cet enseignant Zeng savait de quoi il parlait.

 

Cependant, cela a été difficile pour moi au début, car j'étais toujours très hyperactif. Les gens me regardaient bizarrement et disaient: «Vous ne pouvez pas pratiquer très bien. Vous ne vous améliorerez pas non plus, car vous ne pouvez pas vous détendre.J'étais pourtant déterminée à réussir.

 

Premièrement, j'ai refusé de croire toutes les personnes qui ont dit que je ne pouvais pas. Commencer à croire que vous ne pouvez rien faire, c'est accepter l'échec. Vous devez vous visualiser en train de réussir et le succès suivra inévitablement si vous avez du talent et de la détermination.

Pour essayer de l'aider à se détendre et à gagner en patience, elle a étudié la calligraphie chinoise, pensant que cela l'aiderait à se détendre.Cela m'a calmé, mais c'était un véritable défi pour moi de faire de la calligraphie sur une longue période, insiste-t-elle. «Personnellement, j'ai découvert depuis que les principes d'une bonne calligraphie et d'un bon taijiquan sont très similaires. Un dans le même.

Pour les débutants, Gao pense que, outre la relaxation, l'aspect le plus important est la posture de base et la structure physique de l'élève.

 

Vous ne commencez tout simplement pas à faire du Taichi, selon Gao. Un encadrement adéquat et une formation surveillée sont extrêmement importants. «Un bon conditionnement est essentiel pour les débutants, quelles que soient leurs aspirations», affirme-t-elle. «Au début, je suis resté debout dans en ma bu (position du cheval) et je le fais encore aujourd'hui. La force des jambes est cruciale pour bâtir une base solide et se protéger contre les blessures. "

La prochaine étape primordiale pour le débutant consiste à pratiquer le zhangzhuan (méditation debout) », note-t-elle. «Il est important que le débutant ressente son qi. Dans le zhangzhuan, j'ai toujours ressenti  le qi, et la pratique la posture debout,  accéléré la capacité à sentir et à utiliser son qi dans la pratique du tai ji quan.

 

La pratique principale de Gao est le tai ji quan et l'épée de taiji. Cependant, pour remporter le grand championnat dans un tournoi national, les concurrents doivent participer à six épreuves. Cela inclut la concurrence sous des formes externes et internes. Le compétiteur qui obtient le meilleur score combiné dans six épreuves est reconnu comme le grand champion.

 

La Chine a développé des routines spécifiques pour la concurrence. Dans le taichi, il existe la forme à la main taichi 42, ainsi que les routines traditionnelles comprenant: Chen 56, Yang 40, Wu (Jianquan) 45 et Sun 73. À l’heure actuelle, la forme d’épée taichi 42 .

 

Cependant, dans la plupart des tournois en Chine, il existe des expositions (souvent des médailles) au cours desquelles des formes et des armes traditionnelles sont exécutées. Selon Gao, «j'ai commencé mes études en taichi par le style Yang, puis depuis 1989, je me suis largement concentré sur la 42 formes combinées de taichi.» Lorsqu'on lui a demandé si la normalisation des formes devenait ennuyeuse ou prévisible, Gao a répondu (Une étude sur le Taijiquan est la connaissance profonde). Ce n'est pas facile à saisir.

 

Dès le premier pas que vous faites, ajoute-t-elle, il y a beaucoup à apprendre. Pour moi, j’ai un grand respect pour le taijiquan, car c’est beaucoup de temps pour apprendre les moindres détails. Par conséquent, je ne m'ennuie jamais. Si la pratique du taichi devient prévisible pour l’élève, cet élève a perdu de vue ou n’a jamais compris les principes du taijiquan. ”

 

Pour moi, l'exercice 42 est plein de détails, dit-elle, «le fait qu'il soit basé sur quatre styles principaux de taichi (Chen, Yang, Wu et Sun) présente un grand défi pour l'étudiant. Une étude de ces quatre styles traditionnels donnera à l’étudiant une connaissance plus approfondie du taichi et des 42 formulaires. Comme il est exécuté en cinq à six minutes, le temps qui peut normalement être repris dans un ensemble plus long et parce qu'il existe des routines définies, cela rend le jugement plus juste. Cela nécessite que les concurrents soient jugés sur des normes prédéterminées. 

 

Gao est diplômé en éducation physique du Shanghai Sports Collège. Elle a été formé et pratiqué pendant 26 ans auprès de nombreux maîtres reconnus.

 

Elle est actuellement vice-présidente de l'association Fujian Wushu et conseillère auprès de l'association Macau Wushu. Gao Jiamin a effectué de nombreuses recherches sur le taichi traditionnel, ses origines et son développement. Elle pense qu'il est dans l'intérêt de tous que la recherche et le développement taichi se poursuivent.

 

Selon Gao, «les créateurs et les grands maîtres des systèmes traditionnels étaient doués et ont enduré de nombreuses difficultés personnelles pour créer, développer ou maintenir une tradition.» «Les traditions et le développement doivent tous deux être encouragés à continuer», a ajouté Gao. "Je ne ferais pas ce que je fais aujourd'hui sans tous ceux qui m'ont précédé dans l'histoire du taichi.

 

Selon Gao Jiamin, le taijiquan offre des avantages inégalés en tant que moyen d’exercice, pour l’amélioration de la santé en général, pour la confiance en soi et pour le rétablissement de l’équilibre, ainsi que pour la recherche d’un équilibre entre le corps et l’esprit. C'est plus qu'un moyen d'exercer, mais inclut également une philosophie de la vie qui inclut une forte influence du taoïsme. C’est cette influence philosophique qui procure une grande partie des avantages selon Gao. C'est de ce côté de Taichi qu'elle espère aider les Américains à comprendre. 

 

 

 

 

Lire la suite